Aller au contenu principal

Alors cette expertise, ça va se passer comment ?

1 juin 2014

Le premier épisode de cette passionnante saga est

Stéphane repose la question :
– Alors cette expertise, ça va se passer comment ?

– Ok, on y va, je vous explique :

Comme la plupart des expertises, elle va en principe se dérouler selon un ordre sinon immuable, du moins logique.

– Pourquoi en principe, m’interrompt Stéphane, décidément très attentif.

– Et bien parce que chaque expert est maître de son expertise, de son déroulement, de son histoire.
Mais restons simple, je vous explique le cas habituel.

D’abord, l’expert vérifiera brièvement votre état civil, n’oubliez pas votre pièce d’identité.

Puis il étudiera avec soin l’ensemble des faits depuis votre accident jusqu’au moment de l’expertise.
C’est ce que nous venons de faire, et en plus nous pourrons présenter les nouveaux documents que vous aurez récupérés.
C’est la raison pour laquelle nous devons vérifier ensemble que votre dossier est bien complet.
Il VOUS appartient de démontrer que l’ensemble de ces faits est bien lié de manière directe et certaine (on dit imputables dans notre langage) à l’accident en cause.

Stéphane, qui m’écoutait attentivement, s’insurge :
– On me prend pour un menteur? On ne me croit pas?
C’est moi la victime, et je dois encore tout démontrer?

– Et oui… On vous croit, mais effectivement, c’est à vous, la victime, de démontrer tout cela.
Mais ne vous inquiétez pas : pour la grande majorité de vos troubles, la relation est facile à faire.

Ce qui permet de discuter, le point de départ de tout cela, ce sont les certificats initiaux que vos médecins ont rédigés.

En principe il n’y en a qu’un.
Mais nous savons bien, nous, que dans certains cas, toutes les lésions, toutes les atteintes n’apparaissent pas d’emblée, quelle que soit l’importance du traumatisme initial :
Dans un traumatisme léger, une lésion peut avoir été sous estimée et être plus grave que ce qui était pensé au début.
Dans des traumatismes graves, l’attention se focalise sur les lésions les plus graves, parfois vitales, et c’est plus tard au cours de la convalescence, qu’on va découvrir des lésions passées inaperçues. Par exemple dans un traumatisme thoracique grave, une fracture d’un orteil peut n’être mise en évidence que longtemps après, au moment de la reprise de la marche

Pour Stéphane, c’est assez simple : la lésion initiale du pied a conduit dans un premier temps à une tentative de récupération, avec ostéosynthèse et sutures vasculaires, mais le délabrement trop important a conduit à la nécrose et à la nécessité d’une amputation.

Je poursuis mes explications.

– Quand il aura bien étudié tous les faits, l’expert vous interrogera sur vos antécédents, les maladies, les interventions chirurgicales, les accidents, que vous avez pu avoir avant cet accident.

Puis vient le moment des doléances, celui ou vous allez pouvoir exposer vos plaintes actuelles concernant cet accident, le retentissement de cet événement sur les différents aspects de votre vie.
Je vous conseille de les préparer très soigneusement, par écrit même de préférence car dans l’émotion de l’expertise, vous risquez d’oublier un certain nombre de choses qui vous tiennent à cœur. Nous pourrons en laisser un exemplaire à l’expert pour qu’il l’annexe à son rapport.

L’expert procédera ensuite à un examen clinique, détaillé et précis.

D’ailleurs, puisqu’on en parle, je vais vous examiner.

Stéphane se déshabille, enlève la prothèse.
J’observe qu’il la manie avec encore un peu de difficulté.
C’est une première prothèse, celle qui lui permet d’apprendre à marcher avec une partie de jambe, une cheville, un pied artificiels.
Je regarde l’état du moignon, qui paraît bien fermé, mais rouge encore, sensible à la palpation.

En même temps je lui explique les différents temps de l’examen clinique.

Il se rhabille, remet sa prothèse.

– Et après, Docteur, qu’est-ce qui se passe?

– Après ce sera la discussion.
LE moment clé, très technique, de l’expertise.
L’expert doit répondre aux questions de sa mission, à toutes les questions, seulement aux questions….

Vous pourrez assister à celle ci si vous le souhaitez, mais ce n’est pas une obligation.

Au cours de cette discussion seront évoquées les lésions initiales, leur évolution, le caractère consolidé ou non des séquelles
Si vous êtes consolidé seront discutées les conclusions définitives, qui serviront de base à votre indemnisation.
Si vous ne l’êtes pas, seront proposées des conclusions provisoires qui vous permettront de recevoir une provision.
Les conclusions, ce sont les réponses aux questions qui sont posées à l’expert dans sa mission.

Voilà, vous savez (presque) tout…

Stéphane est un peu perdu, ça fait 1h30 qu’il est là, il a tout déballé, il se sent vidé, il a revécu toutes ces étapes qu’il voudrait oublier…

Il a reçu, aussi, beaucoup d’informations en peu de temps.
Sa femme, que je sens très « aidante », empathique, a aussi tout noté et, je crois, bien compris.

Devant eux j’ai dicté un compte-rendu de la consultation, différents courriers.

Nous nous quittons, nous nous reverrons le grand jour, le jour de l’expertise.

Et ça, c’est une nouvelle histoire

À suivre…

 

One Comment

Trackbacks & Pingbacks

  1. Stéphane et son expertise | Dr Jacqueline Rossant

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :